Témoignages


 

Charly Devaux, Ingénieur Mécanique Junior chez Technip FMC

« Pour moi, l’alternance, c’est vraiment se préparer à la vie active. C’est un choix que je ne regrette absolument pas aujourd’hui, et je le referais sans hésitation. »

Charly Devaux, 25 ans, a suivi la filière Génie Mécanique proposée par l’ITII Bourgogne, en alternance au sein de l’équipe technique des bras de chargement de l’entreprise TechnipFMC à Sens.

Désormais embauché en CDI chez TechnipFMC au poste d’Ingénieur Mécanique Junior, il revient sur son parcours en alternance.

 

 

Quel a été ton parcours avant d’intégrer l’ITII Bourgogne ?

Après l’obtention d’un BTS Conception de Produits Industriels effectué à Sens, je souhaitais poursuivre mes études, mon but ayant toujours été de devenir ingénieur. J’ai donc poursuivi en Licence Professionnelle en Management des Process Industriels, avant de me tourner naturellement vers la formation Génie Mécanique en alternance proposée par l’ITII sur le site de Nevers.

Comment est-ce que tu as trouvé ton entreprise d’accueil ?

Je l’ai trouvé grâce à une de mes connaissances qui travaillait chez TechnipFMC. Ils sont en constante recherche d’alternants en cycle d’ingénieur. Je me suis tourné vers cette entreprise car leurs produits, des Bras de Chargement Marine pour le secteur de l’énergie, sont technologiquement très intéressants. De plus, le site dispose d’une usine de production : avantage majeur permettant de suivre les projets réalisés en Bureau d’Etudes durant toutes les étapes de fabrication.

Le Pôle Formation 58-89 m’avait également fourni une liste d’entreprises qui ont l’habitude d’accueillir des alternants. J’avais postulé dans d’autres sociétés de la région qui avaient également retenu ma candidature.

Que penses-tu de l’alternance ?

C’est la parfaite association entre la partie théorique vue en cours, et la réalité du monde de l’entreprise, avec la mise en pratique de ce que j’avais appris. J’ai pu vraiment appréhender le quotidien d’un ingénieur.

En cours, on aborde des notions de management et de gestion, essentielles pour un ingénieur, mais également des connaissances techniques et scientifiques très poussées ; en entreprise, je voyais réellement mes projets aboutir.

Après la phase de définition technique et de génération des besoins, je voyais le fruit de mon travail dans l’usine et suivais les étapes de fabrication et de tests des projets. L’alternance est selon moi plus enrichissante et formatrice que les formations en continu. Cela permet de suivre les projets sur le long terme et d’être totalement intégré à l’entreprise.

L’employeur y trouve également son compte, elle forme et teste l’apprenti pendant les 3 années du cursus, lui permettant à la fin de la formation de faire le bon choix au moment de l’embauche.

Lorsqu’on sort de l’école, on sait qu’on sera prêt pour le monde du travail car nous sommes formés et nous avons appris à être autonomes.

Pour ma part j’avais déjà eu des propositions d’embauche, notamment chez TechnipFMC, bien avant d’avoir obtenu mon diplôme. Cela montre que les alternants sont recherchés, à la fois durant leur cycle d’études, mais également une fois le diplôme obtenu.

Quels sont pour toi les atouts de la formation à l’ITII Bourgogne ?

Le rythme d’alternance est idéal pour suivre des projets sur chaque séquence en entreprise, pouvant durer plusieurs semaines d’affilées et permettant de mener des actions complexes et de longue durée.

A l’école, nos cours sont vraiment complets et prodigués par des intervenants professionnels et de grande qualité. Nous avons également accès aux ateliers, permettant de pratiquer la soudure et l’usinage.

L’entreprise et l’école travaillent main dans la main et assurent un suivi pédagogique tout au long de la formation. Le tuteur de l’école et le mentor de l’entreprise, en constante relation, accompagnent les alternants tout au long du cycle de formation.

Pour le mot de la fin : si tu avais un conseil à donner à un jeune qui souhaite se tourner vers l’alternance ?

Je lui conseillerai de ne pas hésiter à choisir ce cursus. Il deviendra mature plus rapidement en développant des compétences certaines grâce à ses 3 ans d’expérience professionnelle.

La motivation est essentielle. Il ne faut pas se relâcher, et surtout être rigoureux, autant en entreprise qu’à l’école, puisque les cours définissent les bases de notre futur métier.

 

Julien NOTTOT ou la trajectoire d’un jeune vers l’ITII, option Génie Industriel

                  

Actuellement apprenti ingénieur, Julien NOTTOT, nous explique pourquoi il a choisi l’apprentissage et nous raconte son parcours du Pôle Formation 58-89 à l’ITII Bourgogne.

Pourquoi avoir choisi l’alternance ?

« Avant d’avoir mon bac, je n’avais pas vraiment d’idées de ce que j’allais faire : j’ai choisi une filière scientifique dans l’optique de suivre une « voie classique » une fois le diplôme en poche. Puis grâce à mon entourage, j’ai eu connaissance des formations en alternance dispensées au Pôle Formation 58-89 : très rapidement, j’ai été intéressé par les filières qui proposaient de la conception. Entrer directement en BTS Conception et Réalisation de Systèmes Automatiques (CRSA) après un BAC S n’a pas été facile parce qu’il faut rattraper toutes les bases techniques : j’aurais pu m’orienter dans des voies en continu mais je voulais le faire en alternance pour entrer directement dans une entreprise. Et puis il y a trois ans, les mentalités commençaient un peu à bouger notamment avec l’image de l’apprentissage du modèle allemand. »

Une fois l’orientation choisie, comment s’est passée votre alternance ?        

 « J’ai déposé mon cv et ma lettre de motivation le lundi dans l’entreprise VALEO à Sens, ils m’ont rappelé le mardi et je décrochais mon alternance le vendredi. J’ai intégré directement le service Technique Assemblage/Méthodes Industrialisation afin de travailler sur l’amélioration continue et l’optimisation des moyens de production. Mon projet a réellement été passionnant car je me sentais investi d’une responsabilité sur la ligne d’assemblage : j’ai présenté mon projet devant le délégué général, soutenu par mon tuteur. »

Où en êtes-vous aujourd’hui ?

Après le BTS, je me suis demandé pourquoi ne pas continuer les études. J’ai d’abord regardé pour une licence d’acheteur industriel, intéressé par le côté international.

Un de mes collègues de l’entreprise VALEO était un ancien étudiant de l’ITII Bourgogne, première formation d'ingénieur par apprentissage, nous avons longuement discuté et VALEO était prêt à me reprendre, cela m’a convaincu de poser ma candidature.

Pour moi, cette orientation a été logique et naturelle, elle me permettait aussi de rester dans la même entreprise et représente comme un défi de prouver que l’on peut commencer par la voie générale, continuer dans un BTS technique dans l’industrie et poursuivre pour devenir ingénieur.

Dernière modification le 26/02/2019